Change search
CiteExportLink to record
Permanent link

Direct link
Cite
Citation style
  • apa
  • ieee
  • modern-language-association-8th-edition
  • vancouver
  • Other style
More styles
Language
  • de-DE
  • en-GB
  • en-US
  • fi-FI
  • nn-NO
  • nn-NB
  • sv-SE
  • Other locale
More languages
Output format
  • html
  • text
  • asciidoc
  • rtf
Compte-rendu du film documentaire:’La tôle et la peau’de Claude Hirsch, DVD
2011 (French)In: TerritoiresArticle, book review (Other academic) Published
Abstract [fr]

Le film de Claude Hirsch donne tort à ceux qui affirment que la classe ouvrière n´existe plus, ou qu´elle a changé de nature : grâce à une série d´entretiens in situ, les ouvriers racontent leur quotidien, rythmé par des cadences infernales, des pauses déjeuner très rapides et un univers centré sur la production de biens matériels. Pas de nom d´entreprise, pas de lieux reconnaissables, le film montre une forme de permanence : malgré les évolutions technologiques et l´explosion des services, la condition ouvrière ressemble à celle de l´époque du fordisme. Nous entendons dans le film le terme d´OS (ouvriers spécialisés) et retrouvons la distinction entre main d´œuvre qualifiée et main d´œuvre non qualifiée. Il y a même en filigrane presque comme un clin d´œil au film de Chris Marker, Joli Mai (1963), qui s´appuyait entre autres sur des témoignages similaires d´ouvriers au début des années 60. Mais nous ne trouverons pas de trace d´une réflexion politique sur les conditions d´organisation d´une émancipation ouvrière. Cette galerie de portraits vient nous rappeler que nos sociétés dites postindustrielles, toujours centrées sur les postulats de la croissance illimitée et de la productivité, ont besoin d´une main d´œuvre anonyme. Formellement, le spectateur est installé dans le temps subjectif de la condition ouvrière : l´usine se transforme en décor de théâtre et les ouvriers deviennent les acteurs de leur propre vie. Le spectateur peut regretter que cette série de rôles fige quelque peu le film, mais c´est précisément l´intention du réalisateur : le film apparaît monotone, tout comme l´est la condition de ceux qui travaillent dans ces usines, entourés par la tôle et un monde hostile. À l´heure où d´aucuns estiment que le prolétariat a disparu, ce film vient rappeler au contraire que nos sociétés continuent à privilégier ce mode de fonctionnement.

Place, publisher, year, edition, pages
2011.
Keyword [fr]
travail, tôle, émancipation ouvrière
National Category
Social Sciences
Identifiers
URN: urn:nbn:se:su:diva-86827OAI: oai:DiVA.org:su-86827DiVA: diva2:589892
Available from: 2013-01-20 Created: 2013-01-19 Last updated: 2013-01-20

Open Access in DiVA

No full text

Social Sciences

Search outside of DiVA

GoogleGoogle Scholar

urn-nbn

Altmetric score

urn-nbn
Total: 17 hits
CiteExportLink to record
Permanent link

Direct link
Cite
Citation style
  • apa
  • ieee
  • modern-language-association-8th-edition
  • vancouver
  • Other style
More styles
Language
  • de-DE
  • en-GB
  • en-US
  • fi-FI
  • nn-NO
  • nn-NB
  • sv-SE
  • Other locale
More languages
Output format
  • html
  • text
  • asciidoc
  • rtf